germination d'un érable à sucre

Samare d’un érable à sucre

Chaque arbre possède des caractéristiques qui lui sont propres. Parmi celles-ci, en voici quelques-unes qui expliqueront la distribution des différentes espèces d’arbres dans les forêts.

La présence de semenciers (présente ou passée)
Pour qu’un arbre pousse dans une forêt, des graines de cet arbre doivent se trouver au préalable dans le sol. La capacité de dispersion des graines dépend de la forme et du poids de celles-ci. Par exemple, une samare d’érable aura une distance de dispersion supérieure à celle d’un gland de chêne. De plus, certaines graines peuvent persister dans le sol et rester viables plusieurs années.

Le profil du sol dans une prucheraie

Profil du sol d’une prucheraie

Les caractéristiques du sol et l’ensoleillement
Chaque espèce est associée à un type d’habitat préférentiel que ce soit pour la germination de ses graines, la survie ou la croissance des tiges. Les principales caractéristiques à considérer sont la texture du sol (sableux, limoneux ou argileux), l’humidité du sol (fortement influencée par le drainage naturel du sol) et le pourcentage d’ensoleillement. Certaines essences seront très spécifiques dans leur besoin et d’autres plus tolérantes. Par exemple, le bouleau jaune peut germer et croître légèrement en sous-couvert, mais il aura besoin d’une ouverture du couvert, soit plus de lumière, pour grandir et atteindre la strate dominante. Si cette ouverture ne se produit pas, le jeune bouleau jaune va éventuellement mourir.

Trouée formée dans une plantation

Trouée formée dans une plantation

La compétitivité des espèces
Lorsqu’un espace de vie se libère en forêt, dû à la chute d’un arbre par exemple, une grand nombre de possibilité peuvent subvenir : un nouvel arbre peut pousser, les plantes de sous-bois peuvent monopoliser l’espace, les arbres adjacents peuvent grossir et combler le trou, etc. Le ou les individus qui gagneront cette course seront ceux ayant la meilleur aptitude à remplir cet espace avant les autres. Ainsi, une espèce ayant une bonne réactivité face à ce changement et une bonne vitesse de croissance dans les nouvelles conditions environnementales disponibles sera un bon candidat pour cet espace.