collection de feuilles aux contours différentsLes feuilles ont des formes diverses. Il y a des feuilles rondes, à pointes, avec des lobes, mais il y a aussi les aiguilles et les écailles. Les feuilles nous aide à identifier une plante, mais pour la plante, elles servent à de nombreuses choses : absorber les rayons du soleil, absorber ou relâcher du gaz carbonique ou de l’oxygène, réaliser la photosynthèse et accumuler des éléments nutritifs et de l’eau.

Structure interne d’une feuille
La feuille est recouverte d’un épiderme qui la protège. Celui-ci peut contenir une cuticule et des poils pour augmenter la résistance à la sécheresse. Entre les deux couches d’épiderme, c’est le parenchyme, une zone principalement composée de cellules effectuant la photosynthèse, et de cavités où s’accumule de l’air, dont le gaz carbonique nécessaire à la photosynthèse.
Structure d'une feuille agrandie

Capacité d’absorption de la lumière
Ce sont les chloroplastes à l’intérieur des cellules du parenchyme qui absorbent les rayons lumineux. Plus une feuille en contient, plus elle sera en mesure de faire de la photosynthèse en présence de lumière. Ainsi, le parenchyme palissadique, où les cellules sont cordées comme des briques, pourra absorber beaucoup plus de lumière que le parenchyme lacuneux, qui est formé de quelques cellules éparpillées. Alors pourquoi n’y a-t-il pas que du parenchyme palissadique dans les feuilles? Celles-ci auraient le potentiel d’absorber plus de lumière et de faire plus de photosynthèse permettant ainsi à la plante de grandir plus vite. C’est parce que la fabrication de cellules de parenchyme est coûteuse en ressources pour la plante. Donc, les feuilles situées en périphérie de la plante ou dans la cime de l’arbre, celles ayant le plus de chance d’être exposées à la lumière, possèderont beaucoup de parenchyme palissadique, alors que celles à la base n’auront que du parenchyme lacuneux.

Stomate agrandi 2900 fois

Stomate agrandi 2900 fois

Transpiration
Les feuilles possèdent des petits trous à leur surface qu’on appelle stomate. Ces petits trous ont la capacité de s’ouvrir et de se fermer. En s’ouvrant, ils permettent au gaz carbonique nécessaire à la photosynthèse d’entrer, mais en contrepartie de l’eau va pouvoir s’évaporer et être ainsi perdue sous forme de transpiration. C’est pourquoi lorsque vous placez une plante dans une petite serre, vous verrez généralement de gouttes se former sur les parois de la serre. C’est l’eau issue de la transpiration.

Lorsqu’une plante manque d’eau, elle refermera ses stomates pour limiter ses pertes. Elle ne sera plus en mesure de faire de photosynthèse, mais elle pourra survivre grâce à ses réserves de sucre.